Adret Lancy D E L13

Quartier de l'Adret - Lot D E L13 - 200 logements et activités

Image Mammutlab

Concept urbain
Les bâtiments réagissent à un contexte hostile. Le besoin de protection aux risques majeurs implique une fermeture côté rail.
Ce mur est une véritable carapace de protection qui personnifie le bâtiment et le rend comparable à un animal : le tatou, reconnaissable à ses plaques cornées formant une carapace défensive lorsqu'il se roule en boule.

Expression
L'enjeu est d'éviter l'expression d'une forteresse avec ses meurtrières tout en se protégeant.
La protection est traitée comme un atout pour l'identité architecturale du projet. Les écailles animent ce long mur qui, par des jeux de motifs et d'ombres, devient une sculpture urbaine.
Les fines fenêtres, limitées à leur strict minimum, situées dans l'interstice des écailles, tendent à disparaître selon le point de vue et renforcent la perception de carapace.

L'immense halle ferroviaire faisant façe au site de l'autre côté des voies ainsi que le majestueux faisceau de rails, inspirent largement l'esthétique de la façade qui pourrait être perçue comme une réinterprétation de l'identité ferroviaire du lieu.
Les plaques de terracotta proposées avec 3 variations de motifs verticaux, uniformément sur les 5 bâtiments, renforcent la poétique du rail. Le traitement est continu sur les 4 orientations.

Cette fermeture est compensée par une grande ouverture permise par de nombreux redents. Les volumes sont creusés pour multiplier les orientations et faire pénétrer la lumière en profondeur dans les bâtiments.
Ce découpage se retrouve sur tous les bâtiments de manière indifférenciée pour proposer de généreuses loggias et ouvertures sur le paysage.

Plan masse
Plan rez
Plan étages
Typologies
L10 L12 - 4P - Triple orientation - image Mammutlab
Façade est
Façade ouest
Façade sud
Façade est - détail
Image Mammutlab
Tatou